Documents


 Articles publiés dans La Voix du Nord, écrits par Alain Cadet


  

Mons-en-Barœul : Il était une fois la ferme d’Halluin, la dernière bâtisse agricole de la commune (1/2)

Jadis, Mons-en-Barœul était une bourgade rurale qui possédait pas moins de quinze fermes. Les programmes successifs d’urbanisation de la commune nouvelle ont conduit à leur disparition. Aujourd’hui, sur le territoire de la commune, il ne reste plus que les dépendances de la ferme d’Halluin, près du collège Lacordaire (ancien couvent des Franciscains). Dans quelques mois, elles seront remplacées par un programme immobilier (lire notre prochaine édition)

C’est à peine si quelques voisins se souviennent encore de cette époque de la ferme d’Halluin. André Caudron, qui habite de l’autre côté de la rue, venait « pour acheter le lait » tandis que sur le côté de la ferme « un magasin proposait de délicieux légumes cultivés sur place». « C’était une toute petite ferme », précise Michel Pollet, artisan à la retraite. « Il y avait, au plus, deux chevaux. On y entrait par une grande cour. Monsieur et Madame D’Halluin étaient des gens très gentils et très serviables. Ils avaient des enfants, garçons et filles… assez jeunes, dans l’ensemble. » Aujourd’hui, Henriette, la fille aînée, a 84 ans. Elle garde un souvenir ému de la ferme d’Henri et de Marie-Louise, ses parents : « Nous étions sept enfants. Ce n’était pas une grande exploitation. Mes parents ont travaillé très dur pour nous nourrir. Ils ont su nous donner beaucoup d’amour. Finalement, tous ensemble, nous étions très heureux. Nous aidions aux travaux de la ferme. Je trayais les vaches et les gens attendaient pour remplir leur pot de lait au fur et à mesure. » La ferme d’Halluin était adossée au couvent des Franciscains. « Quand j’étais toute petite, j’accompagnais mon père qui fauchait la grande pâture des Frères, à l’arrière du monastère», confie Henriette. « J’étais la seule fille autorisée à y pénétrer. La chapelle, donnait pratiquement dans la cour de la ferme. Le matin, j’aimais m’y arrêter pour écouter les chants des cérémonies. Les Frères franciscains chantaient merveilleusement bien. C’était un vrai bonheur. Le dimanche nous allions à la messe, tous ensemble dans la chapelle voisine. » La ferme Delerue existe toujours En 1973, pour élargir la rue Émile-Zola, on démolit l’essentiel du corps de ferme. « Que voulez-vous, la roue tourne », philosophe Henriette.

Ces derniers vestiges disparus, peut-on dire que toutes les fermes monsoises ont totalement disparu ? Presque ! L’une d’entre elles, la ferme Delerue, aux confins de la commune, a été détruite par un incendie au début du siècle dernier. L’usage de cette époque était de reconstruire les bâtiments sur une parcelle différente pour « conjurer le mauvais sort. ». Ainsi cette ferme fut-elle reconstruite, juste à côté de la précédente, sur une parcelle qui appartenait au territoire de la ville d’Hellemmes. C’est ainsi que ce bâtiment agricole a échappé aux programmes d’urbanisation et à la démolition. Il est toujours bien visible, rue Voltaire. Il a été découpé en treize appartements. Demain, suite et fin avec le Carré Saint-Martin, le dernier né des programmes immobiliers du Vieux-Mons.





Un texte de Desrousseaux